Archéologie ferroviaire en Aveyron: la ligne Saint-Affrique - Saint-Juéry (Albi)

 

Alors que dés 1871, une ligne Albi - Le Vigan est envisagée, les Saint-Affricains se contentèrent, après l'ouverture de la ligne Béziers - Millau - Neussargues, d'un embranchement à partir de Tournemire-Roquefort mis en service le 18 Octobre 1874.

Le 20 Juin 1881, la ligne de Saint-Affrique à Saint-Juéry est déclarée d'utilité publique et le 20 Novembre 1883, la concession est attribuée à la Compagnie du Midi, en même temps que celle de Tournemire-Roquefort au Vigan. On aurait ainsi obtenu une ligne reliant Nîmes à Albi.

La ligne du Vigan est ouverte dés 1896, mais il fallut attendre 1904 pour que l'adjudication des premiers lots de la construction de Saint-Affrique - Saint-Juéry soit publiée.

Les travaux débutent et la section Albi - Saint-Juéry est ouverte en 1899. Dés le début de la 1ère guerre mondiale, ce sont des ouvriers étrangers qui sont employés au chantier, remplacés pendant le conflit par des prisonniers allemands.

En 1932, l'Etat livre à la Compagnie du Midi les ouvrages ainsi réalisés mais cette dernière rechigne à prendre en charge la poursuite des travaux. Elle obtient le classement de la ligne en travaux de deuxième urgence par le Conseil National Economique.

Deux ans plus tard, la Compagnie du Midi obtient l'autorisation de ne pas poursuivre les travaux: la voie et la signalisation ne seront pas posées en attendant que la situation économique s'améliore.

En 1938, la SNCF est créée et les lois de coordination mettent à mal les petites lignes: Tournemire-Roquefort - Saint-Affrique n'y échappe pas: le trafic voyageurs est supprimé. La ligne Saint-Affrique - Saint-Juéry ne sera jamais terminée: le 30 Novembre 1941, la ligne est déclassée; 63.700.000 F de l'époque auront été dépensés.

Le trafic marchandises sur Tournemire-Roquefort - Saint-Affrique cesse en 1991 , la ligne déclassée en 2000 est déferré. Le tronçon Albi - St-Juéry ferme en 2001.

 
La gare de Saint-Affrique Pont des Janolles Tunnel des Janolles Confluent Tarn-Dourdou

Même si la plateforme n'a jamais vu de rail, elle n'aura pas été construite en vain puisqu'à la place c'est une route qui utilise ces infrastructures. Longue d'environ 73 kms, la ligne ne comporte pas de déclivité importante puisqu'elle suit les vallées du Tarn et de ses affluents. Par contre, ces mêmes rivières ayant un parcours sinueux, il a fallu construire tout de même 17 tunnels et 6 ponts dont 2 ouvrages métalliques afin de contourner les nombreux méandres.

Pont de Maziès Pont de Maziès Passage à niveau Tunnel de Maziès

Dés la sortie de la gare de Saint-Affrique, la voie franchit la Sorgue par un pont à 1 arche achevé en 1932 et traverse la ville sur une estacade avant de passer dans un tunnel (désaffecté). Elle suit la vallée de la Sorgue puis s'engage sur la rive gauche du Dourdou en le franchissant une première fois.

Passage supérieur Pont de Couffoulens Pont de Couffoulens Tunnel de Couffoulens

La plateforme, encore visible par endroit, suit le bas du coteau jusqu'au village de Cambon par un tunnel (désaffecté) et aussitôt un pont sur le Dourdou. Après avoir dépassé la halte de Calmels et évité le Mas Granet, on passe dans les tunnels (tous désaffectés) sous le Pech de Ribou puis celui de Canacs et enfin de Peyrebette qui permet d'éviter le village de Saint-Izaire.

Ancienne plateforme Tunnel de La Borie Blanche Tunnel de La Borie Blanche Tunnel de La Borie Blanche

On franchit une dernière fois le Dourdou avant de rentrer dans le tunnel des Janolles (430m-1913). Au confluent du Dourdou et du Tarn, la voie passe le 1er viaduc métallique puis les tunnels de Maziès (230m-1923) et de Couffoulens (440m-1923) puis le 2nd pont métallique.

Avant d'entrer dans la petite gare de Brousse le Château, elle passe le tunnel de la Borie blanche (désaffecté). On trouve ensuite le tunnel (désaffecté) et le pont de Saint-Igest, puis on passe sous le village de Lincou par 2 tunnels  consécutifs, puis c'est celui de Combradet, près du barrage de la Croux.

La gare de Brousse le Château Passage à niveau prés de Brousse Pont de St Igest Tunnel de St Igest

On quitte le département de l'Aveyron pour celui du Tarn juste avant le tunnel de  Rabious et de traverser le village de Trebas. On franchit une dernière fois le Tarn après avoir traversé le tunnel de Courris, nom du hameau voisin qu'une halte devait desservir. On évite la presqu'île d'Ambialet par un nouveau tunnel. La voie ne quittera plus la rive gauche du Tarn et traversera encore 2 tunnels: celui de Combe Nègre juste après la gare de Fabas et celui de Puech Mergau après celle de Marsal. Ce sera ensuite l'arrivée à  Saint-Juèry où l'on retrouve les rails qui mène à Albi.

Tunnel amont de Lincou Tunnel aval de Lincou Tunnel de Combradet Tunnel de Courris
 

RETOUR