Une locomotive de travaux V216 ex-DB de chez TSO

     

texte et photos:JCL

 

Depuis quelques temps, Marklin propose une V216 des Travaux du Sud-Ouest. Malheureusement, son prix assez élevé (1700ff - 260€) m'a dissuadé d'en acheter une. Mais, intéressé par les engins de travaux, je voulais tout de même en posséder une au sein de mon parc locomotives. J'en ai donc réalisé une, à partir d'un modèle beaucoup plus abordable. 

La machine réelle:

Les V216, numérotées V160 à leur origine, sont équipées d'un moteur diesel V16 Mercedes-Benz, d'une transmission hydraulique Voith et sont aptes à 120km/h. Mises en service à partir de 1964, ces engins sont en cours de réforme à la DBAG. La société des Travaux du Sud-Ouest a fait l'acquisition de deux exemplaires. Reconditionnées, elles sont maintenant pourvues d'un diesel Carterpillar 35.16 à 12 cylindres développant 2000 ch. Les V216 peuvent être considérées comme les équivalentes allemandes de nos BB67000.

Le modèle réduit:

Les modèles de V216 de la DB sont présents aux catalogues des fabricants allemands; Roco la propose également en différentes versions dont la dernière en livrée Fret SNCF.

Pour ma part j'ai choisi une Piko (réf: 57300). En fait il s'agit d'une V218 sur laquelle les ouies d'aération sont placées différemment.

La caisse:

Le premier travail consiste à désosser entièrement la machine: de la carrosserie, ôter les vitrages, les calandres, les conduits de lumière et les aménagements de cabines; du châssis métallique retirer les tampons, enlever le moteur et les cardans, les bogies ainsi que leurs flancs.

Le travail sur la caisse se limitera au remplacement des mains courantes, venues de moulage, par de nouvelles faites en corde à piano. Araser celles existantes sur les faces frontales et celles placées de chaque coté des portes d'accès aux cabines. Percer ensuite à chaque extrémité de ces anciennes mains courantes un trou de Ø0.4 ainsi que deux trous supplémentaires sur chaque face avant. Refaire les mains courantes en corde à piano de 3/10mm. Ne pas remettre en place celles placées de chaque coté de la calandre et celles sur les faces latérales

Le châssis:

C'est lui qui demandera le plus d'efforts. A l'aide d'une mini perceuse et d'un disque abrasif, commencer par enlever la partie centrale de la passerelle de chaque face avant. Finir à la lime. En profitez  pour supprimer l'excroissance représentant le crochet d'attelage. Il faudra ensuite user du mastic et du papier abrasif pour faire disparaître les défauts occasionnés par le meulage.

Si vous voulez une traverse de choc détaillée, il faudra percer un trou Ø1 pour l'attelage à vis et deux autres trous Ø1 de chaque coté de l'attelage pour les câblots de freins (attelage et câblots L'Obsidienne dans mon cas).

Le modèle Piko n'est pas équipé des marchepieds que possèdent la machine réelle. Pour les réaliser, j'ai utilisé des chutes de métal provenant de kits en photo découpe. Mais vous pouvez utiliser ceux proposés dans des sets de détaillage (L'Obsidienne, Carmina ...). Les marchepieds d'accès aux traverses avant sont fixés dans des trous Ø1. Il faudra également en placer un intermédiaire, collé directement sur le châssis, coté extérieur de chaque tampon, et un dernier au dessus du tampon gauche.

Les échelles d'accès aux cabines sont également à ajouter.Mais là, le débattement des bogies empêche de les fixer toutes sur le châssis. Il faudra alors tricher et coller celles pour les portes de gauche directement sur les bogies. Pour les échelles d'accès aux portes de droite, percer deux trous dans le châssis pour les mettre en place. Ce sont également des chutes de kits que j'ai utiliser pour fabriquer ces échelles.

La peinture:

Commencer par nettoyer et dégraisser les éléments puis passer une couche d'apprêt sur la caisse et le châssis.

Les flancs de caisse seront peints en jaune (Humbrol 154); le toit et les bandeaux latéraux le seront en gris (Humbrol 32). Après masquage à l'aide de scotch Tamya, réaliser la bande bleue (Humbrol 14). Attention à bien faire adhérer le ruban pour éviter des coulures intempestives.

Les flancs du châssis recevront une couche de bleu (Humbrol 14). Tant que vous serez dans le bleu, passez un coup sur les calandres en évitant les cerclages de phares et la calandre proprement dite. Le dessous du châssis et les bogies seront noir (Humbrol 33).

Attendez au moins 24 heures avant de toucher à quoi que ce soit. Vous pourrez installer alors les mains courantes d'accès aux cabines, qui auront préalablement reçues une couche d'alu (Humbrol 11), ainsi que les poignées, à peindre en jaune, de chaque coté des calandres. Exécuter également les retouches de jaune sur les différents marchepieds.

Placer les décalcomanies que vous trouverez sur la planche référence 87.27 de chez Carpéna.

Avant de remonter le tout, vous pourrez passer un coup de vernis brillant si vous voulez une machine rutilante sortant de l'atelier après reconditionnement. Si vous souhaitez une machine qui a déjà participé à quelques chantiers, patinez la, puis passer une couche de vernis mat. Attendez que le vernis soit bien sec avant de manipuler les éléments.

Photo de droite: Le parc du matériel de travaux: V212 SECO-DG et TSO (Fleischmann), C61000 TSO (Jouef, L'Obsidienne) et V216 TSO (PIKO).

Vous voilà en possession d'un engin de chantier prêt à partir en tête d'un train de ballast pour un RVB sur votre réseau.

 

RETOUR