Amélioration des wagons frigorifiques Lima

     

texte et photos:JH

 

Le but du présent article est de détailler un wagon très abordable, mais plutôt destiné à un jeune public, et de l’améliorer pour pouvoir côtoyer du matériel plus haut en gamme, mais plus onéreux. L’objectif étant d’éviter l’inflation des prix des trains électriques en faisant un travail simple, amusant et gratifiant.

La base est le wagon frigo de Lima, sorti (re-sorti) récemment dans la gamme « Hobby Line ». J’ai personnellement acheté 3 wagons à la fois  (9€/p): 2 en version métallisée des FS et un en version « Coca-Cola » !!!. La différence se situe au niveau du type de porte et de ce que le dernier ne possède pas de passerelle d’extrémité. Mais ce n’est pas grave, nous ne les conservons pas de toute façon. A noter que le roulement de ces wagons est très bon (essieux d’origine Rivarossi).

Par ailleurs, j’ai aussi acheté la planche de décalcomanies ref.87.53 de Carpena dédiée aux wagons réfrigérants (9€ pour 7 wagons). Il faudra aussi quelques chutes de laiton de 0.2 ou 0.3mm d’épaisseur, du fil de 0.4 et 0.5mm et une plaque d’échelles ex-Fang ref 509 que l’on trouve maintenant chez Interfer (10.7€ pour de nombreux wagons).        

Enfin, je précise que le résultat final ne donnera pas un wagon ayant précisément existé, mais simplement plausible.

Le travail, comme toujours, commence par le démontage complet du wagon. Afin de planifier le travail qui va suivre, j’ai d’abord observé les wagons et identifié les éléments déjà présents mais devant être retouchés (sabots de frein, passerelles, marchepieds, tampons), et j’ai observé des photos de wagons similaires afin de voir les détails manquants (mains montoirs, marchepieds aux 4 coins). Les magnifiques wagons Brawa notamment ont été scrutés dans les revues des mois passés.           

Les modifications peuvent être effectuées séparément sur la caisse ou le châssis.

Les travaux sur la caisse ont commencé par le bouchage des trous de fixation des passerelles avec du Syntofer ou équivalent puis le ponçage des extrémités. Les petits éclairs en relief ont été supprimés. Après ce travail un apprêt en bombe a été passé pour parfaire la surface.

Travaux sur la référence Lima L303120: 2 trous à gauche de la porte pour mains montoirs; marchepieds; mains montoirs en bout de caisse et nouvelle passerelle d'extrémité.

Travaux sur la référence Lima L303113: 2 trous de chaque cotés de la porte pour mains montoirs; marchepieds; mains montoirs en bout de caisse; nouvelle passerelle d'extrémité; renforts verticaux et obliques sur les parois.

En prenant modèle sur les passerelles d’origine, j’en ai alors refait de nouvelles en laiton (tôle de 0.2 environ, et fil de 0.5mm). La passerelle proprement dite mesure 20x4m: 2 fils de laiton sont soudés sur une des faces en dépassant largement de chaque côté avec un entraxe de 10mm. Un côté sera enfiché dans la caisse, et l’autre sera replié à 90° pour faire les 2 montants verticaux de la rambarde. Les échelles de chaque côté proviennent de la plaque photodécoupée Interfer. Pour la rambarde, un gabarit a été créé avec des petits clous disposés dans une cale en bois. C’est d’autant plus utile que j’en ai fait 6 en même temps. Enfin, une petite longueur de fil laiton a été soudée en bas des échelles pour le maintien dans la caisse.

Ensuite, tous les trous ont été percés. Pour cela, commencez toujours par marquer l’emplacement de votre trou avec une pointe fine. Ainsi, le foret sera guidé dès le départ du perçage. Il y a les trous pour les passerelles et les mains montoirs sur chaque extrémité, et les trous pour celles au niveau des portes. Après peinture en blanc de la caisse  et en noir des passerelles (bombe), le tout est monté et collé à la cyano.

Toujours sur la caisse nous allons installer des marchepieds dans chaque coin. Pour un marchepied, un petit carré de tôle de laiton de 3x3 est soudé sur un fil de 0.6 pour plus de solidité, et celui-ci est ensuite plié à 90°. Il ne reste plus qu’à percer les montants et les coller en place.

Seules les mains montoirs au niveau des portes ne sont pas encore assemblées car cela facilitera la pose des décalcomanies plus tard.

A noter également que je trouvais le wagon « Coca-Cola » un peu « fade » avec ses faces sans aucun relief. Alors, j’ai collé de petites bandes de profilé Evergreen (0.4x1) pour figurer des renforts. C’est amusant à faire, et ça fait joli !!!

En ce qui concerne le châssis, j’ai commencé par couper les tampons, les marchepieds et les sabots de frein. Attention, ces derniers ont été ébarbés en vue d’être réinstallés dans le plan des roues. Ensuite il faut reprendre toutes ces coupes avec une lame fine genre X-acto et de petites limes.

Alors, nous pouvons commencer l’amélioration de notre châssis. Pour ma part, j’ai commencé par déplacer les sabots de frein dans un plan proche de celui des roues. J’ai simplement collé des cales en plastique de 1.5mm d’épaisseur à l’intérieur du châssis afin que les supports verticaux des sabots soient correctement placés. Alors j’ai collé à la cyano les sabots précédemment mis de côté. Ensuite une petite barre transversale a été collée pour plus de réalisme et de rigidité.

Ensuite, vient la confection des tampons. Pour cela, j’utilise des profilés plastiques gigognes achetés chez L’Octant (Diam 2mm et 3.2mm). Un tube vous fera de nombreux wagons. Commencer par débiter dans le tube de 3.2mm des longueurs de 5mm, puis autant de longueurs de 10mm dans le rond de 2mm. Ensuite, il suffit de les enfiler en laissant dépasser le rond de 2mm, la partie dépassant de l’autre côté servant à la fixation sur le wagon. Percer ensuite les traverses du wagon à 2mm avec un entraxe de 20mm et coller les boisseaux de tampons. Après séchage complet, vous pouvez égaliser la longueur à la lime si c’est nécessaire. Les plateaux sont débités avec un emporte-pièce de diam 5mm dans de la carte plastique de 0.4mm. Il ne reste plus qu’à les coller à leur tour en veillant à l’équerrage et au centrage.

Les marchepieds des portes sont réalisés simplement en bande de laiton pliée et encastrée à chaud dans le châssis dans un cas ou en soudant un rectangle de 20x3 sur un fil de 0.6 formé en U et plié dans l’autre cas.

Enfin, des mains d’atteleurs ont été rajoutées sous chaque tampon (fil de 0.4 plié en U de 4mm).    

Le travail sur le châssis se termine par une mise en peinture noire sur l’ensemble et l’ajout de 2 petites plaques de plomb pour lester un peu mieux ces wagons (voir autre fiche sur ce même site au sujet du lestage).

A ce stade, le wagon est entièrement remonté. A noter que je n’ai pas remplacé les attelages d’origine par des modèles à élongation, qui auraient notablement grevé le budget de cette amélioration, mais chacun fera ses choix.

L’étape suivante est alors l’application des décalcomanies. A noter que je n’utilise pas d’eau tiède avec laquelle on est sans arrêt en train de faire des allers-retours vers la cuisine pour maintenir la température, mais simplement de l’eau déminéralisée à température ambiante. L’emploi d’un produit ramollissant est impératif pour un résultat parfait. J’ai choisi la décoration à appliquer sur chaque wagon en fonction des reliefs de ceux-ci, afin que la pose des décalcomanies soit la meilleure possible. Les grandes lettres « STEF » ont été coupées en « S », puis « TE », et enfin « F » pour ne pas avoir à faire adhérer le film sur les reliefs des portes.

Après séchage complet des décalcomanies, j’ai ensuite monté les dernières mains montoirs manquantes au niveau des portes. En fait, je ne sais pas pourquoi je ne les ai pas montées plus tôt comme le reste, car elles ne gênent absolument pas la pose des décalcomanies ! Si vous souhaitez laisser votre wagon dans un état « neuf », il faudra alors passer une couche de vernis mat en bombe. Si vous souhaitez appliquer une patine, ce qui est mon cas, cette dernière opération est à reporter après la séance d’aérographe ou de terres à décor, mais ceci est une autre histoire

Vous serez alors surpris, qu’avec un budget modeste, vous ayez alors en votre possession un modèle unique dont vous serez fier. Et peut-être même qu’un ami, vous demandera si vous n’avez pas casser votre tirelire pour les modèles Brawa…..

 

RETOUR